Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
un-projet-une-histoire.over-blog.com

Chapitre III - Scène 3 - Un été où l'on ne s'ennui pas !

23 Juillet 2018, 09:00am

Publié par SabrinaM

Les trois mois qui ont suivi mon déménagement ont été très difficile autant du point de vu financier que du point de vu psychologique. Je ne remercierais jamais assez mon meilleur ami et sa mère pour toute l'aide qu'ils m'ont apporté. Ce qui me permis aussi de reprendre un peu confiance et de retrouver du travail en Juin 2017.

A partir de là, une course folle a démarré puisque je gérais mon temps entre le boulot, la musique et mon ami.

Pour la musique, on préparait la fête de fin d'année de l'école de musique, avec la chorale et l'Ensemble de Percu Val de cher, ainsi qu'en parallèle le concert de Cap Music qui a eu lieu le 27 novembre 2017 (pour entendre ma petite voix, je vous donne rendez-vous sur mon article "prise de conscience et aller de l'avant" où un extrait est caché).

Juillet et Aout furent assez rempli aussi car les week end étaient pour moi comme des petites vacances que je passais régulièrement chez la mère de mon meilleur ami. Les autres week end étaient principalement dédier aux répétitions de chant en vu du concert.

Je ne savais plus où donner de la tête mais comme je savais que tout cela ne durerait pas, j'essayais de profiter au maximum de ces instants.

Chapitre III - Scène 3 - Un été où l'on ne s'ennui pas !

Voir les commentaires

Chapitre III - Scène 2 - Un début d'année bien difficile.

15 Juillet 2018, 17:00pm

Publié par SabrinaM

Le début d'année 2017 ne fut pas facile. Je devais retrouver du travail très vite mais la motivation n'était pas là du tout. Au vu de ma dernière expérience, j'avais peur de me retrouver à nouveau coincé dans un lieu que je n'appréciais pas. La seule chose dont j'avais envie, c'était la musique. Je travaillais beaucoup mon piano mais pas que ça. En effet, à la suite d'un concours d'écriture (que je n'ai absolument pas gagné) j'avais entrepris d'écrire la suite et d'en faire un roman. Mon temps libre se divisait entre la musique, l'écriture et les aller-retour dans ma futur commune.

Avec la perte de mon travail, je perdais aussi mon niveau de salaire. Je me rendais compte que je ne pourrais plus assurer le loyer de mon grand appartement. Alors, je décidais de regarder d'autres appartement moins grands et moins cher. Tel un signe, j'en visitais plusieurs là où mon rêve avait pris forme. En quelques visites, je trouvais mon appartement qui tout comme moi est un peu biscornu. Il ne me fallu pas longtemps pour faire toutes les démarches et organiser mon déménagement. A ma grande surprise, le 18 mars 2017, nous étions plus que prévu le jour J ce qui permis d’emménager très vite.

J'avais cette sensation qu'une autre partie de rêve se réalisait. Je pouvais désormais aller à pied à l'école de musique et participer à toutes représentations sans avoir besoin de prendre ma voiture. Quant à mon meilleur ami, c'était bien plus facile encore pour se voir et j'en profitais pour passer du temps avec lui.

En février (et en plein préparatif pour le déménagement), nous étions convié avec l'Ensemble de Percu Val de Cher, à la soirée Battle TV Show, organisée par l'Espace Jeunes de Selles sur Cher. Nous avions en amont fait un tournage en extérieur avec des gros tonneaux en mode loubard afin de l'intégrer à la soirée version reportage télé. (Je n'ai pas pu récupérer la vidéo, dommage !). J'avais adoré l'expérience, le fait de pouvoir jouer en extérieur et me défouler. La mise en scène aussi avait été plutôt cool puisqu'à la fin du reportage télé nous étions en direct sur scène.

Chapitre III - Scène 2 - Un début d'année bien difficile.Chapitre III - Scène 2 - Un début d'année bien difficile.

Voir les commentaires

Prise de conscience et aller de l'avant

9 Juillet 2018, 17:48pm

Publié par SabrinaM

1 an... une année d'écoulée avec ce sentiment d'avoir grandit. Il s'est passé tellement de choses durant ces 12 derniers mois. J'ai atteins beaucoup d'objectifs, tourné beaucoup de pages et clôturé quelques chapitres de ma vie. Mais, j'ai aussi appris de mes erreurs et aujourd'hui, c'est comme si un nouveau chemin s'ouvrait à moi.

J'ai trouvé les réponses à mes questions, j'ai trouvé une place qui me convient et j'apprends à vivre avec ce que j'ai, c'est-à-dire "moi", mes qualités et mes défauts. J'ai longtemps cherché ce mot qui me manquait pour exprimer ce que je ressentais et ce mot, ce sentiment, c'est "la culpabilité". Fini de culpabiliser parce que je ne suis pas une autre, fini de me rendre malade parce que je ne ressemble à personne d'autre. Je m'accepte, enfin, telle que je suis. J'accepte, enfin, de laisser partir ceux qui doivent s'éloigner et j'accepte d'apprécier d'autres personnes et de leur laisser une place.

Je crois que j'ai le sentiment de "l'accompli". Je me revois encore, il y a 3 ou 4 ans (et encore plus pour certains rêves) en arrière dans ma voiture rêvant de scène, de musique, de chant et de toute une vie qui me semblait impossible. Mais cette année 2017 / 2018, m'aura montré que rien n'est impossible à force de travail et de persévérance.

Si je reviens sur mes temps fort de ces derniers mois alors je dois commencer par Novembre 2017 avec mon passage sur scène en tant que chanteuse pour, certes 2 phrases en solo et 2 refrains en trio, mais devant environ 500 personnes ! Moi qui osait à peine chanter devant ma prof de chant il y a 2 ans ! C'est énorme, non ?!? Et je dois dire que je ne me suis jamais senti aussi fière de moi que ce jour-là.

Passons à décembre 2017, où j'ai eu la joie immense (si si, je vous assure !) d'intégrer les cours de solfège de 4ème année (alors que j'avais qu'un niveau de 2ème année renforcé... et encore !) afin de pouvoir passer mes examens de fin de 1er cycle en Juin 2018. L'écart fut assez grand mais cela ne me faisait pas peur. Travail et persévérance ont eu raison pour rattraper toutes mes lacunes. Cela dit, ce mois-ci fut difficile à vivre sur le plan personnel mais bizarrement, il fut le plus salutaire pour mon évolution. J'amorçais une phase de transition et ouvrir les yeux sur ce (et ceux) qui nous entoure(nt) n'est ni chose facile, ni confortable mais bénéfique pour la suite.

Il faudra alors attendre le mois de mars 2018, (un an que j'avais déménagé pour venir vivre là où mes rêves étaient possible) et plus précisément, la fin du mois car je démarrais un nouvel emploi qui sera difficile, déroutant et me donnera clairement l'occasion de réfléchir sur ma vie et aux "pourquoi" et "comment" j'en étais arrivée là.

Ce travail sur moi-même a été long et ce ne sera qu'en mai 2018 que je trouverais enfin mes réponses (cf:  catégorie "mes articles facebook").

Nous sommes le 24 juin 2018 et aujourd'hui, je suis montée sur scène :

En premier, en tant que chanteuse du groupe de musique actuelle. Expérience de fou que de devoir écouter les autres pour se lancer soi-même. Avoir une dose de confiance parce que les autres comptent sur vous et pouvoir échanger des regards avec les musiciens autant pour se rassurer que pour rassurer. Un vrai travail d'équipe pour l'unique plaisir d'offrir un peu de joie au public.

En second, en tant que pianiste solo pour jouer un morceau (Vasle Favorite de Mozart). Un trac de dingue, quelques petites erreurs (apparemment passées inaperçues), un truc qui tombe dans les coulisses et qui fait un bruit d'enfer sans que cela ne perturbe ma prestation. Moment très fort et unique pour moi car mes parents venaient me voir sur scène pour la toute première fois. J'avais cette attente depuis très longtemps parce que même à 35 ans, on a envie de rendre nos parents fiers de nous. Le fait que ce moment soit arrivé me libère de cette attente. C'est comme un poids en moins ^^

En troisième, avec ma chorale. J'adore ces moments-là parce que j'ai le sentiment de partager ma passion avec les personnes autour de moi. J'aime entendre nos chants d'une seule voix ou en écho avec les autres voix. Je repense au travail fourni dans l'année et je prends conscience de ce que je vis.

Et enfin, en quatrième, avec l'ensemble de percu val de cher, moment plus de détente parce que je suis avec des ados avec qui j'ai créé quelques liens (surtout depuis que je suis en cours de solfège avec eux^^), et là encore malgré mon âge, on s'y éclate à taper sur des toms ou des tambourin et personne ne fait attention à ce détail. C'est un autre sentiment mêlé de partage et d'amusement.

Je viens de remarquer, en retraçant ma journée et mon année, que j'avais oublié un temps fort et surtout fort important pour moi. L'obtention de mon 1er cycle en solfège. Un aboutissement ! Une confirmation ! Ce n'est pas une lubie... La musique, c'est ma vie !

La musique m'a permis d'avoir le courage de fermer des portes pour en ouvrir d'autres. C'est avec le soutien de quelques personnes (merci à vous car il m'est indispensable à mon évolution) mais je sais aussi qui mes réussites, je me les dois à moi-même. Je sais que je n'ai plus à avoir peur ni du regard des autres, ni du jugement et encore moins de l'échec car il fait, lui-même, parti de nos victoires mais surtout parce qu'aujourd'hui, je peux m'affirmer.

Oui ! J'ai eu raison de croire en moi et de prendre la direction de cette voix... de cette voie !

Il est 22H30 et ce soir, je me sens être une adulte accomplie qui sait ce qu'elle veut et qui sait où elle veut aller. Je me sens, enfin, une adulte légitime, avec un parcours atypique et un chemin futur qui le sera tout autant.

 

Prise de conscience et aller de l'avant

Voir les commentaires

Chapitre III - Scène 1 - Le fossé était trop grand

21 Avril 2018, 09:00am

Publié par SabrinaM

L'année scolaire reprenait ainsi que mes cours de musique. Comme je démarrais un nouveau travail à temps complet, j'étais en mesure de reprendre tous mes cours et même d'en augmenter certains. Je me réinscrivais donc à la chorale, au solfège pour ma deuxième année. Je passais d'une demi-heure de piano par mois à une demi-heure tous les quinze jours et voulant faire des progrès rythmiques, je me décidais à intégrer l'Ensemble de Percu Val de Cher. Mais pas seulement, je pouvais enfin contacter une prof de chant et prendre des cours avec elle et continuer à réaliser une partie de mon rêve.

Les débuts dans mon nouveau boulot étaient un peu déroutant pour moi car l'univers était complètement différent. Les enfants me manquaient beaucoup et les collègues n'étaient pas le même esprit qu'à l'école. Je m'accrochais difficilement en espérant que mes angoisses n'étaient que passagères. Cela dit, la gérante de l'entreprise me laissait partir plutôt certains soirs pour que je puisse aller à mes cours. Sur le coup, je ne demandais que ça. Mais au fur et à mesure du temps, mes angoisses ne diminuaient pas et je me sentais de moins en moins bien dans mon nouveau poste. Beaucoup d'infos, beaucoup de changement d'organisation. Je tâtonnais autant que la gérante. Connaissant plutôt bien mon métier de secrétaire, j'avais beaucoup de mal à appliquer tout ce que l'on me demandait de faire, qui parfois me semblaient assez incohérent. Mon "entrain" déclinait et mes relations avec les autres collègues aussi. 

Durant la journée, je souffrais de ma personnalité bien trop différente de l'équipe et pas forcément appréciée alors je m'accrochais à la musique comme une énorme bouée de sauvetage qui me permettait de me garder hors de l'eau. Les semaines défilaient et nous arrivions bientôt en décembre.

Ce fut un mois fort décisif pour moi car avec le groupe de percussions, nous nous préparions pour la soirée du téléthon qui avait lieu le samedi 3 décembre. C'était aussi, pour moi, un moment particulier car je montais sur scène pour jouer d'un instrument, en groupe, mais avec chacun sa partition et en prime, j'avais deux petits solos à faire (la trouille quoi !). Mais cet instant là fut bien plus intense encore que mon premier cours de piano. La sensation est juste indescriptible. A la fois concentrée sur la partition mais aussi à l'écoute de mes camarades pour rester en rythme et s'amuser en même temps. Au moment où l'on s'installe derrière nos Tom de batterie, on sait que l'on n'a plus le choix. Là, il faut tout donner sans se poser de question. On sait aussi que le moment va être finalement assez court alors pas de place pour la retenue ou pour la timidité. Il faut envoyer, amuser le public parce qu'on est venu pour ça. C'est une fois que le moment est passé que l'on ressent et ce que moi j'ai ressenti ce jour-là, résonne encore dans ma tête. J'ai vaincu une peur, réalisé la première marche d'un rêve, pendant nos deux morceaux, le temps était comme suspendu. Comme pour le piano, pas de question, pas besoin de me cacher, être moi parce que sur scène bizarrement on ne peut pas se cacher. Je crois bien que je suis restée perchée dans cet unviers les deux jours qui ont suivi.

Ce qui fait que le lundi, quand il a fallu reprendre bêtement mon travail, j'ai eu une prise de conscience. Je ne pouvais pas rester dans un endroit où je me sentais aussi mal. Je ne pouvais pas me renier autant. Le hasard fait bien les choses parce que la même semaine, la gérante m'a convoqué pour me dire que je ne convenais pas au poste (je vous passe les détails de la discussion qui me vaudra une espèce de phobie du travail que je dois combattre à chaque fois je dois en retrouver). L'arrêt de mon contrat fut aussi vite conclu que sa signature quelques mois plus tôt. Mi - décembre, je me retrouvais finalement à nouveau au chômage avec l'illusion que la musique serai la clé de mon "succès".

Chapitre III - Scène 1 - Le fossé était trop grand

Voir les commentaires

Chapitre III - Un été pas comme les autres

14 Avril 2018, 09:00am

Publié par SabrinaM

L'année scolaire se terminait enfin. Elle fut assez mouvementée et un peu de repos n'était pas de refus. Le compte en banque, lui, n'était pas de cet avis et l'on me proposa de travailler quelques jours au centre de loisir. J'acceptais l'offre. Seulement, travailler dans une école avec des élèves et travailler dans un centre de loisir avec des enfants sont belles et bien deux choses différentes. Je me suis retrouvée confrontée à un univers que je ne connaissais absolument pas. Heureusement pour moi, il y avait là quelques élèves de mon école qui ont su m'aider par moment en se montrant leader du groupe et, qui à ma grande surprise, s'exécutaient pour "asseoir" mon autorité aux yeux des autres enfants. Je n'y ai travaillé que 4 jours sur le mois de juillet. En partant, j'étais clairement résignée à refuser toute offre de poursuite. Pourtant, on me proposa de revenir pour 3 semaines en Août. Changement de directeur, je me laissais tenter !

Entre temps, j'apprenais une très mauvaise nouvelle familiale et je culpabilisais de me sentir aussi impuissante face à l'épreuve que devait surmonter l'une d'entre nous. Ce fût des moments très difficiles qui ne soulagèrent en rien mes journées au centre de loisir. Je manquais totalement d'expérience et je ne me sentais pas épauler durant mes journées de travail. Bien sûre, tout n'était pas horrible et je me fis une bonne copine d'été avec laquelle je me suis bien marrée quand même. Sur les deux dernières semaines, on me demanda de rejoindre le groupe des tous petits. Génial ! A l'école, j'adorais cette section ! Bah oui mais non ! Je ne suis pas à l'école, il n'y a pas les maîtresses et je n'ai pas carte blanche du tout. On me répétait cent fois la même chose comme je n'avais que 20 ans et aucune connaissance des enfants. J'étais folle de rage. Pourtant lorsque la période de vacances pris fin, on me félicita pour mon calme, ma patience et ma superbe gestion des enfants !!! Euh, c'est quoi... de la pommade pour que je revienne l'année prochaine ? Même pas en rêve !

L'école repris et j'étais la plus heureuse du monde de retrouver mes p'ti bout d'chou, mes collègues et mes habitudes. Pour certains, le fait de les avoir vu dans un autre élément que l'école me permis de comprendre un peu mieux leurs comportements. Ce que je n'avais pas prévu en revanche, c'est que durant l'été j'avais postulé à quelques annonces. La fin de mon contrat était proche et j'avais peur de me retrouver sans rien et je fut grandement surprise lorsque je décrochais plusieurs entretiens et que je fus prise pour un poste de secrétaire commerciale dans une entreprise qui venait de s'agrandir. Le poste était tout neuf et pouvait donc évoluer en même temps que moi. Très rapidement, l'affaire fut conclu. Je démissionnais de mon travail à l'école mais pas sans déchirement au cœur. Ils m'avaient fait tourné en bourrique mais j'adorais les gosses de cette école ainsi que l'équipe pédagogique qui les entourait. Pour faire un petit flash-back, j'ai eu une paix royale pendant 2 ans. J'avais carte blanche sur ma façon d'agir avec les enfants. Le plus important était de communiquer avec tout le monde pour éviter les conflits et surtout de mettre le directeur au pied du mur lorsqu'il y avait un problème avec un enfant. J'avais trouvé au sein de cette équipe, des gens qui ont su m'accepter telle que j'étais et qui en ont fait une force. Les adieux ont été un peu dur à gérer moi mais je me préparais à vivre une nouvelle expérience.

Chapitre III - Un été pas comme les autres

Voir les commentaires

Chapitre II - Scène 4 - Fête de l'école de musique

7 Avril 2018, 09:00am

Publié par SabrinaM

Le stress montait. Bientôt, je monterais sur scène avec mes amis de la chorale pour clôturer l'année musicale. Mais pour une fois, le stress que je ressentais, était différent. Celui-ci me donnait envie d'y aller. Nous avions toutes et tous travaillés pour donner le meilleur de nous le jour J. Tant d'impatience mais avec tellement de bonnes raisons de l'être car une fois sur scène, nous commencions à chanter. Nous prenions un grand plaisir et en regardant la salle, j'avais l'impression que le public le ressentait. Un long moment d'attente pour un moment très court mais plutôt intense en émotion. Nous étions le final de la fête et les applaudissements se sont fait entendre.

Cela fait bien 3 ans maintenant et je les entends encore. Je me souviens aussi de ma fierté à moi. Se sentir à sa place, comme si tout était le plus parfait possible. De la joie. Voilà, ce que j'éprouvais. Un sentiment peu évident chez moi alors quand je le retrouve, j'ai la sensation que rien ne pourra plus m'arriver. Seulement, la vie n'est pas faite ainsi et les mois qui ont suivi n'ont pas été simple du tout.

Chapitre II - Scène 4 - Fête de l'école de musique

Voir les commentaires

Chapitre II - Scène 3 - On continue

31 Mars 2018, 09:00am

Publié par SabrinaM

Le premier trimestre passa très vite. Entre l'apprentissage du solfège et la découverte de mon groupe de chant, je trouvais ma place. J'attendais toujours avec impatience mon cours de piano et ressentais aussi une certaine frustration à chaque fin car je savais qu'il fallait attendre un mois avant de retrouver ces émotions si particulières. Mais cela me donnais toujours un peu plus de force et d'envie pour travailler la partition laissée à mon libre choix. Je ne regrettais absolument pas de pas avoir pu entrer à l'école de musique municipale de mon ancienne commune.

Décembre arriva et une surprise de taille m'attendais. Mon meilleur ami, que je ne voyais qu'à travers un écran, venait s'installer à quelques kilomètres de chez moi et je passais devant chez lui chaque fois que je me rendais à mes cours de musique. Autant dire qu'on a passé de sacrées soirées.

Vers le mois de Mars, j'ai du faire face à quelques soucis financiers et vers la fin Avril, je pris la décision de stopper les cours de piano car je ne pouvais plus les payer. Forcément, très triste de cette décision, je m'accrochais quand même en travaillant comme si j'avais encore cours. Il me restait le solfège et la chorale où je commençais vraiment à trouver mes marques et mes repères. Au fur et à mesure que la fin de l'année scolaire approchait et que nous préparions spectacle de fin d'année, je nourrissais une hâte de partager ces moments avec mes nouveaux amis. C'était là mes premiers pas sur scène et une première partie de mon rêve qui se réalisait.

Chapitre II - Scène 3 - On continue

Voir les commentaires

Chapitre II - Scène 2 - Premiers pas, premiers ressentis

24 Mars 2018, 10:00am

Publié par SabrinaM

La première semaine passa et on prit rendez-vous, avec la Directrice (que je nommerais B.R), pour une leçon de piano. En même temps, elle m'auditionna pour connaitre ma voix. J'avais hâte, mais tellement hâte.

Je ne pensais plus qu'à ça et c'est avec la même appréhension et le même sentiments que le jour du forum que j'allais au cours de piano. Je pris avec moi, quelques partitions. Une fois dans la salle, on s'installa au piano.

On discutait un peu pour se connaitre un petit peu mieux puis elle alla faire quelques photocopies. Je ne sais pas pourquoi, moi qui d'habitude reste dans ma zone de confort, ce jour-là, je me suis mise à jouer le morceau que je faisais toute seule à la maison. B.R revint presque aussitôt, lâcha les photocopies qu'elle était en train de faire et dit que l'on passerait à l'étape supérieur vu que visiblement, je savais déjà jouer. Je suis restée étonnée de la tournure du cours. Elle regardait la partition que je jouais et c'est elle qui fut surprise. Elle décida que tant que je prendrais qu'une demi-heure par mois, on jouerait ce que moi je voulais.

Non mais, si ça c'est pas énorme !Et donc, on commençait par un déchiffrage des notes et du rythme. Ensuite, on s'occupait du doigter à poser.

Sensation étrange, Sensation jamais vécu. Un calme dans ma tête.

Tout s'était arrêté.

Plus aucune pensée, plus aucune question, plus aucun mot... rien ! Un silence encore jamais écouté.

Et pour une fois... pour la première fois de ma vie, je me suis sentie être là où je devais être comme si tout était normal. Plus d'angoisse, plus de peur, tout absolument tout s'était accordé, à l'unisson et ne résonnait en moi plus que le son du piano qui évoluait de note en note pour former une mélodie. Je vous assure ! Un monde complètement à part et nouveau s'ouvrait à moi.

La demi-heure passa à une vitesse folle qu'il fut très difficile pour moi de reprendre la voiture et de me reconcentrer sur autre chose. Mais il fallait attendre un mois pour retrouver cette sensation.

Comme convenu, elle m'auditionna et conclu que j'avais une voix d'alto-mezzo-soprano !

Ok, ce sont de bien grands mots pour moi. En clair, ça veut dire quoi ?

Et bien cela veut dire que je suis dans les voix du milieu des alto jusqu'aux graves des sopranos. Dans ma tête, j'entendais le mot "soprano" donc j'étais la plus heureuse du monde.

Les premiers pas dans la musique confirmaient ce que j'avais toujours su : La musique serai la clé de ma propre sauvegarde et de mon propre réveil.

Chapitre II - Scène 2 - Premiers pas, premiers ressentis

Voir les commentaires

H-S n°1 - Le stage vocal

22 Mars 2018, 16:00pm

Publié par SabrinaM

Il faut que je vous raconte ce que j'ai vécu il y a plusieurs jours de cela. J'ai eu l'occasion de participer à un stage vocal organisé par mon école de musique et une association d'une commune voisine. C'était mon premier stage et je l'attendais avec une très grande impatience. Il se déroulait sur un week end complet.

Le samedi matin, nous avons, tout d'abord, tous été accueilli autour d'un café et quelques viennoiseries. Je retrouvais beaucoup de mes camarades de chorale mais aussi quelques nouvelles têtes. Je n'avais qu'une hâte; c'était de commencer. Nan parce que passer son week end à chanter... Le rêve pour moi !

Finalement, après une prise de connaissance nous avons commencé par des explications. Comprendre son corps et ses mécanismes. Comprendre que ce même corps (qu'on aime plus ou moins selon les jours) devient notre propre instrument, Tout cela permet d'apprendre à s'écouter et de ressentir, pour ma part, une certaine harmonie. D'un seul coup, notre enveloppe charnelle n'est plus notre ennemie mais bel et bien notre amie. Détecter ce qui se passe quand on respire, découvrir des capacités cachées devient tout aussi passionnant pour moi que de déchiffrer une nouvelle partition.

Certes, j'ai débuté le chant il y a un an et demi et la plus part des conseils que l'on me donna, faisaient totalement écho à ce que j'apprenais avec ma prof de chant. Mais il est toujours intéressant d'avoir un "œil nouveau" et des explications différentes pour pouvoir évoluer.

A la suite de cette phase d'approche un peu théorique, nous commencions à échauffer doucement nos voix par le biais de jeux mêlant intégration de chacun dans le groupe et premières vocalises. (Pendant que j'écris ces quelques lignes, je repense à ces 2 jours où j'étais en groupe et je ne me rappelle pas avoir ressenti le besoin de me cacher. Ca me fait toujours une sensation très étrange de me dire que la musique arrive à me faire sortir de mes angoisses et de mes peurs.) Enfin, il était temps de chanter une première chanson pas sans mal car nous n'avions ni parole ni partition.

L'après-midi arriva assez vite... Je dirais même trop vite !

Là on rentrait dans le vif du sujet. Nous formions de petits groupes pour apprendre à chanter ensemble et découvrir le résultat de nos expériences. Pendant que les uns découvraient l'écoute de l'autre et que d'autres ressentaient les vibrations que provoquaient les sons émis. Moi, je remarquais la facilité et le naturel que nos voix avaient pour s'accorder les unes aux autres. J'appréciais de nouvelles sonorités et l'idée que c'était nous, de simples personnes, qui produisaient ce son me fascinais. Et de nouveau, nous apprenions une nouvelle chanson. Pas plus simple que la première, vu que celle-ci nous demandait une concentration et une articulation précise. Puis, le reste de l'après-midi se déroula comme ceci, tantôt jeux musicaux tantôt chants très court mais qui nous faisait travailler notre voix.

Doucement le déclin de cette première journée s'annonça et je rentrais tranquillement chez moi. Enfin... quand je dis tranquillement c'est faux. Ce que je n'ai pas dit dans tout ce blabla c'est que notre intervenant m'a fait sortir des notes auxquelles je ne croyais pas. En fait, je suis repartie chez moi avec une tête pleine de questions. Mais pas mes questions habituelles. Non, là, elles étaient plus de l'ordre de la surprise. Comment ! Comment est-ce possible ? Est-ce vraiment moi qui ai sorti ces notes ? Cela veut-il dire que si je travaille bien ma technique vocale, je peux donc apprendre à les maîtriser ? Et j'avais juste envie de crier au monde entier ma prouesse. J'avais juste envie d'interpeller chaque personne que je croisais pour leur dire à quel point je ne voulais faire que ça, chanter ! Mais, je suis rentrée bien sagement et surtout lessivée de cette formidable journée.

Le lendemain c'est déroulé un peu comme la veille à la différence que nous avons beaucoup plus parlé. En même temps, écouter le parcours de notre orateur était vraiment intéressant. On découvrait un nouveau pan de la musique. Je ne savais même pas qu'il existait des métiers tel que la musicothérapie... Mettre la musique au service de la santé des gens s'avère être passionnant pour moi, une nouvelle approche de cet univers et de ce que l'on peut en faire. Vaste sujet que cet art si pur à mes yeux. Finalement, cette deuxième partie de stage était plus calme et cela m'arrangeait un peu parce que je sentais ma voix un peu fatiguée. Je profitais d'un moment calme (qui s'alternait avec des moments chantés) pour demander quelques astuces pour protéger sa voix lorsqu'elle était plus sollicité qu'à la normale.

Enfin, le stage se clôtura par une présentation de notre travail devant un petit public, qui fut lui aussi sollicité à venir chanter avec nous  parce qu'au final, la musique c'est aussi ça ! Un moment de partage entre tous.

 

Ps : Les chants appris lors de ce stage me sont restés dans la tête pendant au moins trois. Ils tournaient boucles, nuit et jour, sans vouloir laisser place aux autres pensées ;-)

 

 

H-S n°1 - Le stage vocal

Voir les commentaires

Chapitre II - Scène 1 - un rêve qui prend forme.

17 Mars 2018, 16:19pm

Publié par SabrinaM

Je crois que je n'ai jamais autant attendu la rentrée des classes de toute ma vie que cette année là. En effet, cela signifiait pour moi de pouvoir retourner à l'école de musique municipale pour voir s'il y avait de la place. Quelle ne fut pas ma déception le jour J quand on m'annonça qu'il n'y en avait pas. J'étais désespérée mais pas vaincue pour autant.

Entre temps j'avais fait la connaissance d'un professeur de batterie qui travaillait pour l'école de musique de ma commune actuelle. Il me donna les coordonnées de la Directrice. Je lui envoyais un mail pour avoir des renseignements. Elle m'indiqua en retour le jour et l'horaire pour un forum des associations. Ce dernier se déroulant mi-septembre, je devais attendre encore un peu. Mais la balle était dans mon camp.

Je n'en revenais pas, mon rêve était sur le point de commencer à se réaliser. Parfois, je m'impatientais et à d'autres moments cela m'angoissais. Finalement, le jour en question arriva. Je ne tenais plus. Les heures s'égrainaient si doucement que j'avais la sensation que tout était au ralenti sauf moi. Impression bizarre vu que c'est plutôt l'inverse que je ressens en général. L'après-midi arrivait et moi, je ne résistais plus. En voiture ! Direction le forum des Associations. Un stress grandissait au fur et à mesure des kilomètres. Une fois sur place, afin de réduire un peu mon stress, je fis le tour de ce que les organisations proposaient jusqu'à trouver le stand tant attendu.

Il y avait là, deux personnes pour représenter l'école, la Directrice et la secrétaire. Je me présentais et expliquais donc ce que je voulais. Aucun problème, on me donna feuille d'inscription à remplir et formulaire pour ce que je demandais. Bien qu'au départ, j'étais partie pour faire du piano, je me suis retrouvée à m'inscrire au cours de solfège et à la chorale... A la chorale ! Moi qui ai toujours eu peur de chanter en public !!!

Pour le piano, le prix que me proposait la Directrice était un peu trop élevé pour moi. Comme je ne voulais rien lâcher, je convenu avec elle de prendre une demi-heure par mois pour commencer.

Je rentrais chez moi, plein de rêves dans la tête et avec une envie féroce de découvrir ce monde. Puis les premiers cours de solfège commencèrent ainsi que la chorale.

Je me souviens encore du premier soir, je découvrais de nouvelles têtes et un groupe de gens animés par la même passion : chanter. Je me plaçais dans le groupe des Altos, ne sachant pas encore la tonalité de ma voix. Il me fallu un peu de courage pour commencer à chanter avec mon nouveau groupe. Mais, ne voyant personne me dévisager pendant que je chantais, je pris un peu plus confiance. Je me rapprochais d'une dame qui avait l'air de chanter juste afin de la suivre dans les notes. Je crois bien que cette soirée restera à jamais gravée dans ma mémoire.

Mes premiers pas ! Mes premières sensations musicales !

Chapitre II - Scène 1 - un rêve qui prend forme.

Voir les commentaires

1 2 > >>